ISBN : 978-2-89400-336-7
Date de parution : 2014-02-18

Couverture souple
125 pages
37,00$ Ajouter au panier

« Je ne sais pas d'où me vient cette conviction, mais j'ai toujours pensé que le rôle le plus important dans la société est celui d'enseignant, car c'est lui qui assume la responsabilité de transmettre les connaissances et les habiletés de raisonnement nécessaire à tout ceux et celles qui veulent changer les choses. » - Rod Macdonald
ISBN : 978-2-89400-324-4
Date de parution : 2012-12-03

Couverture souple
162 pages
37,00$ Ajouter au panier

Comme l'indique son titre, c'est sur l'arrière-plan des relations entre les Autochtones et les autorités canadiennes et québécoises qu'Andrée Lajoie compte situer cette biographie de Ghislain Picard, qui se déroule par ailleurs en deux parties.

Il s'agira tout d'abord de la préparation à la vie publique d'un jeune homme prometteur (Partie I), qui ne prendra que tardivement conscience de la situation politique des Autochtones au Québec, après une enfance passée à Betsiamites, suivie d'études secondaires et post secondaires hors réserve et d'une courte carrière professionnelle en communications.

Puis, dans la Partie II, Andrée Lajoie abordera la carrière politique de Ghislain Picard, qu'il amorce comme vice-président du Conseil Attikamekw-Montagnais, un poste qui lui tient lieu de brève transition vers sa vraie carrière politique où il devient Grand Chef de l'Assemblée des Premières Nations Québec/Labrador en 1991, qui comprendra deux étapes. La première lui servira d'apprentissage, lui permettant de rassembler les Premières Nations pour la réalisation d'ententes avec les autorités québécoises et canadiennes. Dans la seconde, encore en cours, il fera preuve de ténacité et de résistance malgré les échecs subis dans la réalisation des objectifs plus clairement politiques des Premières Nations. Il s'agit en fait pour lui de faire connaître davantage la condition des Autochtones, une lutte qui devrait, à terme, donner plus de résultats, dans le contexte où certaines des questions soulevées seront plus claires pour la population québécoise. Tout cela avant de déboucher sur les perspectives d'avenir du Grand Chef et des Premières Nations en guise de conclusion.

ISBN : 978-2-89400-279-7
Date de parution : 2009-10-01

Couverture souple
171 pages
47,00$ Ajouter au panier

La société autochtone du Québec diffère du reste de la société québécoise par ses traditions et les modes de gouvernance qu'elles engendrent, compte tenu notamment de leur oralité. Ce livre aborde cette question du point de vue particulier de la gouvernance et du rôle qu'y jouent les femmes et les aînés et livre des résultats inattendus en ce qui concerne les premières et un modèle utile en ce qui concerne nos aînés.
ISBN : 978-2-275-03245-0
Date de parution : 2008-01-01

Couverture souple
177 pages
44,00$ Ajouter au panier

Les droits ancestraux des Autochtones au Québec ont fait couler beaucoup d'encre, sans pourtant qu'on sache très bien à quoi ils se réfèrent. En effet, beaucoup de juristes, et surtout les positivistes, se reportent à la jurisprudence pour ce qui est de leur définition,la Constitution canadienne indiquant que ces droits ancestraux et issus de traités y "sont reconnus et confirmés".

Partant de l'idée que l'on ne peut reconnaître et confirmer ce qui existe déjà, et que, par conséquent, c'est en deçà du droit canadien, dans le droit maintenu depuis la colonisation par les Autochtones du Québec - qui n'ont pas été conquis et ne sont pas soumis -, qu'il fallait chercher cette définition, on a visé à repérer les conceptions respectives des droits ancestraux dans chacune des onze nations autochtones vivant actuellement au Québec. Au-delà de la connaissance de ces droits, cela a permis de dégager un éventuel noyau commun permettant de mettre en rapport chaque corpus avec les traditions orales respectives, chaque fois qu'elles sont disponibles.
ISBN : 978-2-89400-225-4
Date de parution : 2007-01-01

Couverture souple
246 pages
50,00$ Ajouter au panier

Bundling
246 pages
56,00$ Ajouter au panier


Ce livre rend compte d'une série de recherches portant sur quatre dimensions de la gouvernance : politique, sociale, juridique et économique de même que sur diverses spatialités chez les Autochtones du Québec. Les chercheurs qui s'engageaient dans la réalisation de ce programme laissaient cependant ouverte la notion même de « gouvernance », quitte à ce qu'elle se précise au fur et à mesure du progrès des travaux.

C'est une telle démarche pragmatique qui nous a permis d'en arriver à une définition de la gouvernance qui la pose comme tout processus de prise de décision par une ou des personnes revêtues d'une autorité reconnue ou acceptée comme légitime, touchant des matières d'intérêt commun affectant au moins une partie sinon la totalité des membres d'une collectivité, quelle que soit cette collectivité.
 
Revue juridique Thémis, Vol. 38 Num. 2
 
Revue juridique Thémis, Vol 33 num 3
ISBN : 2-89400-100-2
Date de parution : 1998-01-01

Couverture souple
276 pages
46,00$  20,00$ En rupture de stock
Expressions de la maturité croissante de notre milieu juridique et surgies de l'inconfort intellectuel causé par la longue domination du positivisme, des interrogations se sont formulées de plus en plus clairement ces dernières années sur les fondements théoriques du droit.

Dans ce cadre s'est tenu un premier colloque auquel furent conviés des collègues québécois, canadiens, européens et américains. La question de départ, celle de l'émergence du droit, fut abordée dans son sens le plus large où elle englobe les modalités de création des normes, ainsi que celles de leur modification et des transformations continuelles à travers lesquelles ces normes se matérialisent, et elle a présupposé de la part des conférenciers le rejet de la réponse positiviste.

La réflexion fut donc axée sur les conditions et les conséquences de l'explicitation des normes implicites, sur les modes d'insertion des valeurs sur le droit, sur la détermination et sur l'effectivité des normes dans leurs rapports avec les groupes qui les portent. C'est par le présent ouvrage que les conférenciers vous soumettent le fruit de leurs travaux.
ISBN : 2-920376-86-1
Date de parution : 1990-01-01

Couverture souple
651 pages
82,00$   En rupture de stock
L'intervention de l'État dans le secteur de l'enseignement universitaire s'effectue par des moyens juridiques moins ostensibles et moins coercitifs que dans d'autres domaines, tels celui des autres niveaux du système d'enseignement et celui de la santé.

La double démarche dont rend compte cet ouvrage consiste à analyser les règles juridiques qui s'appliquent au droit de l'enseignement supérieur pour ensuite qualifier la forme de l'intervention de l'État dans ce secteur.

Le statut, les droits, les obligations des étudiants et des professeurs sont examinés dans le cadre des structures et des pouvoirs des universités où ils s'exercent. Le régime juridique des universités est analysé dans ses rapports avec l'État, notamment à travers les organismes et les règles fédérales et provinciales qui prédéterminent la production de la recherche et de l'enseignement supérieur.

Une fois l'image globale du droit de l'enseignement supérieur dégagée de ses composantes internationale, constitutionnelle et administrative, un deuxième niveau d'analyse, critique, permet de le caractériser à un plan plus formel. On découvre alors un droit empruntant aux apparences d'un consensualisme trompeur, camouflant des règles que leurs sanctions économiques rendent plus incontournables que la plus forte des sanctions judiciaires.


Bélanger Sauvé - Avocats Coop Droit de Université de Montréal