ISBN : 978-2-89400-262-9
Date de parution : 2009-01-01

Couverture rigide
225 pages
63,00$ Ajouter au panier

L'ouvrage présente les textes de conférences prononcées dans le cadre des journées Maximilien-Caron, sur le titre Convergence, concurrence et harmonisation des systèmes juridiques. Les textes sont réunis autour de deux thèmes, le premier portant sur l'effort de comparaison des systèmes, le second, sur les phénomènes de convergence et d'harmonisation de ceux-ci.
ISBN : 978-2-247-07145-6
Date de parution : 2008-01-01

Couverture souple
728 pages
70,00$ Ajouter au panier

L'analyse économique du droit a-t-elle quelque chose à dire aux juristes civilistes ? La réponse proposée ici est résolument affirmative. Le livre montre que l'analyse économique du droit conforte le savoir traditionnel du juriste civiliste et permet de l'approfondir.

Dans sa première partie, le livre apporte au juriste un minimum de « culture économique » et une trousse d'outils nécessaires pour pratiquer l'analyse économique du droit ; il montre, dans sa seconde partie, comment cette analyse peut être appliquée aux institutions centrales du droit civil et du droit des affaires que sont les droits réels, la responsabilité extracontractuelle, les obligations contractuelles, la propriété intellectuelle, l'entreprise, les sociétés par actions et les valeurs mobilières. Tout au long de ces développements, les auteurs ont pris soin de formuler des suggestions de lecture en langue anglaise permettant au juriste intéressé de pousser plus loin ses analyses.

Le livre s'adresse à différents publics : aux juristes — magistrats, universitaires, praticiens — qui souhaitent savoir en quoi consiste au juste l'analyse économique du droit ; aux étudiants des cycles supérieurs qui pourraient considérer l'analyse économique du droit comme un outil permettant de mieux structurer leur sujet d'étude ; aux non-juristes à la recherche d'une lecture rationnelle derrière l'apparence parfois hermétique du droit.

Ejan Mackaay est professeur à la Faculté de droit de l'Université de Montréal et directeur du Centre de droit des affaires et du commerce international

Stéphane Rousseau est professeur à la Faculté de droit de l'Université de Montréal et titulaire de la Chaire en droit des affaires et du commerce international
 
Revue juridique Thémis, Vol 34 num 1
ISBN : 2-89400-126-6
Date de parution : 2000-01-01

Couverture souple
278 pages
39,00$  29,00$ En rupture de stock

Les six conférences présentées dans ce volume partent de la prémisse que, pour remplir son office, le droit doit avoir un degré élevé de certitude. Les conférences 1997-1998 sur les incertitudes du droit avaient révélé que tous les secteurs du droit sont marqués par l'incertitude. Pouvons-nous alors avoir confiance que les fondements du droit sont inébranlables, certains? Les conférences réunies ici mènent à la conclusion que les textes seuls ne peuvent conférer au droit la certitude requise. Elle doit en outre être recherchée dans les institutions et les procédures ainsi que dans une logique profonde qui nous amène à contrer, cas par cas, les abus du système à mesure que nous les découvrons. Ces sources de certitudes ne rendent pas leurs leçons aussi facilement que ne le font, en apparence, les textes. Elles présentent aux juristes le défi de traiter le droit comme une véritable discipline sociale.

Le volume comporte les contributions de six éminents juristes, soit Lisa Bernstein (Université de Chicago), Raphael Cohen-Almagor (Université de Haifa), Wendy J. Gordon (Université de Boston), André Jodouin (Université d'Ottawa), François Rigaux (Université catholique de Louvain) et Ruth Sullivan (Université d'Ottawa).
ISBN : 2-89400-113-4
Date de parution : 1999-01-01

Couverture souple
178 pages
21,00$   En rupture de stock
Les conférences réunies ici nous font voir que l'incertitude renvoie à des réalités sous-jacentes variables. Elle peut refléter une relative indétermination de concepts juridiques, qui est recherchée pour la flexibilité qu'elle procure dans l'adaptation aux circonstances imprévues. Dans d'autres cas, l'incertitude provient de défis que nous posent les nouvelles technologies et qui ne trouvent pas de solution toute faite dans le droit existant. Il nous faut du temps pour découvrir comment « saisir » juridiquement ces phénomènes. Ce temps est rempli d'expérimentation prudente, de tâtonnements, de discussions ouvertes. L'expérimentation fait sortir de l'ombre les sources du droit « à la base » qu'une pratique positiviste du droit aurait tendance à nous faire oublier. Dans tous les cas, les incertitudes nous pointent vers les lieux où le droit se forme. C'est ce qui en fait un sujet exaltant pour tous les juristes.


Bélanger Sauvé - Avocats Coop Droit de Université de Montréal