Malgré la situation exceptionnelle nos services sont maintenus, les employés travaillent à distance et la décision a été prise de grouper les envois 1 fois par semaine.
Toutes les précautions en matière d'hygiène et de santé sont respectées tel que le préconise les autorités sanitaires.
Nous vous remercions de votre confiance.



Couverture souple
180 pages
24,95$ Ajouter au panier

  • "A reflective and engaging memoir of the only person I know who has been a lawyer, a professor of law, parliamentarian, Minister of Justice and Attorney General and a Superior Court Judge. A looking glass into the life and times of an extraordinary leader."

    - Irwin Cotler, former Canadian Minister of Justice

    Born in Montréal, Herbert Marx received his B.A. from Concordia University, his M.A. in English Literature and a Bachelor of Law Degree from the Université de Montréal. He earned a Master's of Law Degree from Harvard University. Having placed first at the Québec Bar Exams in 1968, he received the prix du Barreau de Paris.

    Herbert Marx is the author and co-author of the following books: Les grands arrêts de la jurisprudence constitutionnelle au Canada (1974); Droit et pauvreté au Québec with Jean Hétu (1974); The Law and the Poor in Canada with Irwin Cotler (1977); Droit constitutionnel with François Chevrette (1982) updated by Han-Ru Zhou (2016) as well as many peer reviewed articles in law journals.
Couverture rigide
448 pages
60,00$ Ajouter au panier

  • En tant que directeurs de la publication du présent ouvrage, il nous sera diffi cile de colliger la pluralité des raisons personnelles justifi ant la réalisation de celui-ci. De manières différentes, nous avons en effet eu le plaisir de croiser le chemin du professeur Molinari. Quel qu’en soit le titre, quelles que fussent les anecdotes avec Patrick qui nous passèrent par la tête lorsque vint le temps de matérialiser ce projet, il y avait derrière celui-ci un mérite tout à fait naturel.

    Et puis « Mélanges Molinari », tout de même, cela se conçoit bien. Sous-jacent à cet intitulé, au même titre que les « Mélanges Popovici », se trouve une formule « franche », « sonore », qui « sonne bien » ; il y a même une élégance toute naturelle, envers lui qui incarne si bien cette qualité.

    Mais au-delà des justifi cations qui nous furent propres, il y avait une réelle demande de la part de la presque vingtaine d’auteurs rassemblée à cette occasion de signifi er, par le biais de cet ouvrage, leur reconnaissance envers Patrick, et ce, que ce soit à titre de collègue, d’auteur de doctrine, d’assistant de recherche, de directeur de thèse, de doyen, de vice-recteur, de directeur du CRDP ou tout simplement d’ami.

    - Extrait de l’avant-propos
Couverture souple
390 pages
60,00$ Ajouter au panier

  • Sous la direction de Hervé Agbodjan Prince et Jean-Louis Navarro

    Depuis de nombreuses années la Faculté de droit de l’Université de Montréal et la Faculté de droit et science politique de l’Université Lumière Lyon 2 entretiennent des liens scientifiques très forts et prolifiques. Plusieurs recherches collectives furent menées, se concrétisant par diverses publications et manifestations scientifiques au Québec comme en France : L’impact des technologies de l’information sur l’évolution des principes juridiques (2004), L’acculturation en droit des affaires (2007) et la notion de risque (2011). La présence recherche collective s’inscrit dans la continuité de cette collaboration qui maintenant dépasse une décennie. Elle est consacrée à la notion de contrôle, au lien pouvant unir le contrôle et le droit. Ce lien est assurément protéiforme. Chacun des auteurs, selon son domaine d’analyse, apporte sa vision et appréhende ce lien selon une pertinence conditionnée par son domaine d’étude. À ce jour, aucune étude n’a été réalisée afin d’esquisser les contours de la notion de contrôle. C’est ce que nous essayerons de faire à travers les études réunies au sein de cet ouvrage en apportant à notre avis un enrichissement supplémentaire par une vision franco-canadienne.

Couverture souple
623 pages
70,00$ Ajouter au panier


  • Cet ouvrage est le résultat de deux journées intenses de débats qui se sont tenus à la Faculté de droit de l’Université de Montréal où José Woehrling a fait carrière, puis à l’Université du Québec à Montréal où il travaille, depuis une quinzaine d’années, avec les chercheurs associés au Groupe de recherche sur les sociétés plurinationales (GRSP).

    José Woehrling a œuvré au sein de la Faculté de droit de l’Université de Montréal de 1971 à 2010. C’est presque 40 ans d’engagement institutionnel. Ses enseignements au premier cycle et aux études supérieures ont tour à tour couvert les domaines de la philosophie du droit, du droit international public, du droit constitutionnel et du droit constitutionnel comparé. Ces enseignements ont unanimement été salués et appréciés des étudiants pour leur clarté, ce qui constituait une qualité essentielle et appréciée, s’agissant de domaines du droit réputés pour leur complexité. […] Plusieurs fois honoré pour l’excellence de ses enseignements par les journalistes-étudiants du Pigeon dissident (le journal de l’Association des étudiants de droit), José Woehrling est considéré comme un exemple de ce que représente l’excellence professorale. […].

    Sur le plan pédagogique, cet enseignement a toujours été fondé sur l’immense curiosité intellectuelle de José Woehrling et plus particulièrement sur sa capacité à placer, au cœur de l’analyse du droit, les dimensions politiques, sociologiques et culturelles cristallisées dans la normativité juridique. […] Cette perspective qui est au fondement d’une forme d’interdisciplinarité, a toujours été abordée sans qu’on sente le poids de l’érudition qu’elle exige. 

Couverture souple
60 pages
15,00$ Ajouter au panier

  • Indigenous peoples’ law, while suppressed and fractured by colonial suppression and misrecognition, is an animating source of authority throughout the country. Unfortunately, the Supreme Court’s view of the historical nature of Aboriginal rights has prevented Indigenous norms from enjoying broader force. 

    The Court’s distinction between pre- and post-contact practices of Indigenous peoples should be erased from the country’s constitutional law. Law should not be equated with history, particularly when we live (and lived) in a colonial context. To facilitate the recognition of contemporary Indigenous governance the temporal priority of Indigenous peoples’ “first-ness” should be nuanced. The United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples points towards a reorientation in Canada’s jurisprudence dealing with Aboriginal rights, and the rejection of pre and post-colonial distinctions in Canadian law.


Bélanger Sauvé - Avocats Coop Droit de Université de Montréal